« Nous nous souvenons… »

0

Déclaration rédigée en 1998, à l’occasion du Cent-cinquantenaire de l’Abolition de l’esclavage. Ce texte a été signé par plus de quatre cents Békés ou Blancs créoles SGTB1de la Martinique, et a été lu en public le 22 mai 2006 sur la place de l’Abbé-Grégoire, à Fort-de-France.

Pour reconnaître la souffrance de l’Autre, et avancer vers une plus juste mémoire.

« Nous nous souvenons… »

La communauté martiniquaise est née dans l’inhumanité de l’esclavage. Cette sombre période a porté atteinte à la dignité de milliers d’hommes et de femmes, et il en est résulté de grandes souffrances qui marquent encore profondément les Martiniquais de toutes origines.

Des colons venus d’Europe se sont implantés à la Martinique depuis le XVIIè siècle dans le cadre de l’expansion coloniale, et y ont fait souche. Parmi leurs descendants, des békés d’aujourd’hui se souviennent et tiennent à apporter leur témoignage à la célébration du Cent-cinquantenaire de l’Abolition de l’esclavage.

Ils le font avec sincérité et émotion.

L’évocation de cette histoire commune, fondatrice de l’identité créole contemporaine, doit constituer une nouvelle étape vers une meilleure reconnaissance mutuelle de tous ceux qui vivent à la Martinique et sont, ensemble, les acteurs de son devenir.

Aujourd’hui de par le monde, plusieurs millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont encore maintenus en esclavage, bien que celui-ci ait été officiellement aboli dans tous les pays. Pour que cesse cette situation intolérable, il est impératif que tous les Martiniquais s’unissent pour déclarer l’esclavage comme étant un crime contre l’humanité.

Mars 1998

Partager

Poster un commentaire