Le parlé créole ou palé kréyol

1

Un peu d’histoire sur la langue créole utilisée dans pas mal d’îles, et qui reste dans la culture essentielle de tous les jours. Cette langue est également devenue un moyen d’affirmer une identité, la créolité : < Ni Européens, ni Africains, ni Asiatiques, nous nous proclamons Créoles. Cela sera pour nous une attitude intérieure, mieux : une vigilance, ou mieux encore, une sorte d’enveloppe mentale au mitan de laquelle se bâtira notre monde en pleine conscience du monde. > (Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphël Confiant).Source : Blog de Atoll outre-mer.

C’est à travers la littérature orale que le créole donne toute sa mesure. Les chants, les contes et les proverbes mettent en scène la vie des Antilles avec parfois beaucoup de justesse, la force des images suppléant à un vocabulaire limité (même s’il s’enrichit des apports du français moderne et même de l’anglais). Le créole est par essence une langue vivante. Formée loin des académies et des bibliothèques, il n’a connu pour cafés littéraires que les ‘débits de la régie’, où les hommes se réunissaient autour d’une bouteille de rhum et d’un jeu de dominos. Il a fleuri sur les modestes pas de portes où les mères tressaient les cheveux de leurs filles en évoquant les généalogies, les chansons du passé et les mille règles de la vie d’une femme (voir Pluie et Vent sur Télumée Miracle, de Simone SCHWARTZ-BART). La langue Créole donne sa pleine mesure lors des veillées mortuaires, une pratique rurale qui tombe en désuétude. Lors de ces veillées, les conteurs s’affrontent en des joutes oratoires où naissent et se perpétuent contes et proverbes. Le créole proprement dit est né du métissage du vocabulaire français des dix-septième et dix-huitième siècles et des tournures syntaxiques d’origine africaine, pendant l’esclavage. Arrachés à leur terre natale, les Africains déportés aux Antilles étaient éparpillés sur diverses îles, pour éviter que des tribus ne puissent se reconstituer et fomenter des révoltes. Ainsi, confrontés à la nécessité de survivre et de communiquer avec des compagnons parlant des langues différentes, les Antillais de la première heure ont-ils ‘bricolé’ un idiome commun, reprenant les mots français, quelques termes amérindiens (noms de plantes et d’animaux essentiellement), et liant le tout avec une syntaxe proche de celles des langues d’Afrique. Le temps a donné à l’ensemble son unité, et s’est progressivement développée toute une littérature orale créole, autour de contes, de chants et de proverbes. Le créole a gardé de cette immédiateté une spontanéité, qui transparaît dans le caractère très imagé qui fait son génie. Issu principalement du français pour le vocabulaire et des langues africaines pour la syntaxe le créole est né au début de la colonisation. Il permettait alors à des populations très différentes de communiquer entre elles. Des langues simplifiées servant seulement au troc et aux relations de travail maître- esclaves, le créole est devenue, au fil des siècles, une langue à part entière. Ses qualités d’expression ont donné naissance à une littérature et à une poésie d’une étonnante richesse. Contrairement à la plupart des langues régionales métropolitaines, le créole est aujourd’hui encore, parlé par la totalité des Antillais, qu’ils soient noirs, hindous ou blancs. Cette langue est également devenue un moyen d’affirmer une identité, la créolité : < Ni Européens, ni Africains, ni Asiatiques, nous nous proclamons Créoles. Cela sera pour nous une attitude intérieure mieux : une vigilance, ou mieux encore, une sorte d’enveloppe mentale au mitan de laquelle se bâtira notre monde en pleine conscience du monde. > ( jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphël Confiant ).Source : Blog de Atoll outre-mer.

Partager

Un commentaire

Poster un commentaire