Le nom des lieux à la Martinique : un patrimoine identitaire créole menacé

0

carte ancienne martiniqueA la Martinique, les noms les plus anciens et les mieux conservés sont ceux qui ont été précocement fixés par la cartographie et par l’administration, non par la mémoire populaire. En conséquence, lorsque le cartographe supprime un nom de lieu, celui-ci disparaît ; mais lorsqu’il le déforme, le transforme ou même renomme le lieu, c’est une composante du passé et de l’identité territoriale qu’il soumet à une logique étrangère, qu’il colonise en quelque sorte. Si l’ensemble de la population martiniquaise éprouve de l’intérêt pour l’origine et le sens des noms de lieux, il apparaît cependant qu’elle n’a pas conscience de l’importance identitaire de la toponymie ni des dangers qui la menacent.

L’universitaire Vincent HUYGHUES-BELROSE a publié « Le nom des lieux à la Martinique : un patrimoine identitaire menacé » en 2008 dans les Etudes Caribéennes, un travail approfondi sur la toponymie de la Martinique, c’est-à-dire l’étude par l’enquête orale des noms de lieux portés sur un document cartographique, mais aussi de plus en plus sur d’autres documents écrits et même sur le terrain.

Vincent HUYGHUES-BELROSE estime que dans les pays créoles, ici la Martinique, l’Etat -qui est à l’origine des toponymes les plus anciens et les plus importants- s’appliquerait aujourd’hui à les transformer dans une logique de simple communication administrative, souvent la simple règle de l’ordre alphabétique.

Nous vous invitons à lire l’intégralité de cette étude en suivant ce lien : http://etudescaribeennes.revues.org/3494 

En savoir plus sur l’auteur : http://sfhom.free.fr/Annuaire.php?pageNum_LesMembres=0&totalRows_LesMembres=132&membre_courant=7&membre_courant=aucun#7

Partager

Poster un commentaire