Limyè ba yo !

0
Serge ROMANA (à gauche) et Dominique de LAGUIGNERAYE le 23 mai

Serge ROMANA (à gauche) et Dominique de LAGUIGNERAYE le 23 mai

A l’occasion de la 16e « Commémoration des victimes de l’esclavage colonial », le Comité Marche du 23 mai 1998 (CM98) a investi ce vendredi 23 mai la place de la Bastille à Paris. Le thème de cette manifestation : « Limyè ba yo, Reconnaissance et réconciliation ». 

http://www.la1ere.fr/2014/05/22/commemoration-des-victimes-de-l-esclavage-colonial-le-cm98-investit-la-bastille-154867.html 

Invité par le CM98, Dominique de LAGUIGNERAYE, membre de l’association « Tous Créoles ! », a pris la parole entre Serge ROMANA, Anne HIDALGO, Patrick KARAM, George PAU-LANGEVIN (…), en geste symbolique de fraternité entre les descendants des esclaves, des colons et des négriers.

Nous vous invitons à lire ici le discours prononcé à cette importante occasion par Dominique de LAGUIGNERAYE :

Mesdames et Messieurs, chers amis, bonjour !

Avant de commencer, je voudrais que nous ayons une pensée pour ces 200 lycéennes enlevées au Nigéria, et condamner avec force ce nouveau crime contre l’humanité, qui consiste à priver de liberté un être humain innocent.

Au nom de l’association « Tous Créoles ! », je remercie le CM98 de me donner aujourd’hui une remarquable occasion de vous exprimer l’immense fierté que je ressens devant vous.

Devant vous, venus si nombreux commémorer ensemble, comme chaque année, les victimes de l’esclavage colonial ! Pour ne pas oublier…

Pour ne pas oublier que les communautés d’outre-mer sont nées dans l’inhumanité de l’esclavage. Et je suis fier d’avoir été de ceux qui, dès 1998, année de la célébration du Cent-cinquantenaire de l’abolition de l’esclavage, ont lancé un appel public pour déclarer l’esclavage comme étant un crime contre l’humanité. Nous l’avons fait avec sincérité et émotion.

L’évocation de cette histoire commune, fondatrice de notre personnalité contemporaine, doit constituer une nouvelle étape vers une meilleure reconnaissance mutuelle de tous ceux qui vivent la Créolité et sont, ensemble, les acteurs de son devenir.

Je suis fier d’accompagner ceux qui ont entrepris de dénoncer les crimes de l’esclavage qui font partie de l’histoire de France, et à les rappeler à la mémoire endormie du Monde. Car à force d’avoir eu peur d’en parler, à force d’avoir appuyé sur le couvercle du chaudron infernal, on n’a fait que retarder l’émergence du débat salutaire. Sachez encore que je suis fier d’inciter mes amis à ne pas balayer d’un revers de main les souffrances imprescriptibles de l’Autre, qui est notre voisin de tous les jours et notre compagnon de route, qu’on le veuille ou non. Apprenons à comprendre ses tourments et à les respecter.

Je suis également fier d’être de celles et ceux qui œuvrent quotidiennement, par la mise en œuvre d’actions et de gestes symboliques, pour permettre à toutes les composantes des peuples d’outre-mer d’apprendre à mieux se connaître et à se respecter, dans leurs différentes singularités. Notre objectif étant de contribuer à ce que toutes et tous se retrouvent dans l’apaisement d’une personnalité partagée, au-delà de l’histoire douloureuse de nos origines.

Nous voulons faire de nos différences une œuvre collective !

Enfin, je suis fier de contribuer avec notre association, de façon vigilante et par tous les moyens, à la défense des droits de l’Homme, à la lutte contre toute expression ou manifestation de racisme, de xénophobie ou de discrimination de tous ordres.

Aujourd’hui de par le monde, plusieurs millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont encore maintenus en esclavage, bien que celui-ci ait été officiellement aboli dans tous les pays. Nous ne devons pas, non plus, oublier ceux-là !

Alexis de TOCQUEVILLE disait en 1839 : « Il ne s’agit point de savoir si l’esclavage est mauvais, et s’il doit finir, mais quand et comment il convient qu’il cesse. »

Merci de votre aimable et fraternelle attention !

Dominique de LAGUIGNERAYE  

Visionnez ici son message : https://docs.google.com/a/publidom.com/file/d/0B5Q5OKazZRkVODNkQkkyajFqaGs/edit

Partager

Poster un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.