Joseph JOS, un valeureux récipiendaire

0
Joseph JOS

Joseph JOS

Ce 14 juillet 2014, notre compatriote Joseph JOS, membre de notre association « Tous Créoles ! »,  a été promu Officier de la Légion d’Honneur par le Président de la République.

Déjà titulaire de l’Ordre national du Mérite, de l’Ordre des Palmes Académiques (il est Commandeur et Président d’honneur de la section Martinique), de la Médaille d’Honneur régionale du Sport, cette dernière promotion au sein de la plus haute distinction nationale lui réitère l’expression de la fierté et de la reconnaissance de la République. Cette fierté même et cette même reconnaissance que notre association « Tous Créoles ! », à laquelle il appartient, éprouve et partage à l’égal sûrement de toute sa terre natale.

Ainsi, émérite et pluri-honoraire, en sa septante décennie toujours active et féconde, son attachante et éminente figure s’ajoute à celles de prestigieux prédécesseurs, exemples et références. En témoigne, succinctement, son éloquente carrière.

Au commencement, en 1954, à 17 ans, élément avancé et responsable d’une nombreuse et solide fratrie attachée à l’École laïque et républicaine, « Dodé » (son « petit nom » affectueusement familial), est notre condisciple radieux pour qui l’ostensible et lourd « Gaffiot », l’outil fondamental des latinistes, est aussi léger et ludique que le populaire et conquérant ballon de foot. En effet, au stade foyalais Desclieux, lieu fréquenté des rencontres, il savait le « contrôler », le « garder », le « passer », le « distribuer » aussi talentueusement que ses aînés DIB, CANCEL, Gabou YANG-TING, vedettes acclamées des clubs de la capitale, épigones inspirés et inspirateurs des magiciens PELÉ, KOPA , BEN BAREK et autres DI STEFANO…

Cette année-là, son baccalauréat de Lettres classiques clôture avec brio sa scolarité au sein de l’emblématique et encore jeune Lycée Schoelcher. Voici ouvert l’avenir.

D’emblée, le célèbre et élitiste Lycée Janson de Sailly l’accueille dans ses classes d’hypokhâgne et de khâgne. En 1956, deux ans après, c’est La Sorbonne, où ses études réussies de Lettres classiques lui confèrent le professorat. Dans ses carnets, figurent des noms de « prédestinés » : à Paris, JOS…PIN Lionel, membre de sa chorale à Janson, Jean-Louis DEBRÉ. À la Guadeloupe, où Joseph JOS enseigne en qualité de VAT (volontaire de l’aide technique), George PAU-LANGEVIN et Gérard CÉSAR.

La Guadeloupe, le berceau originel, l’espace-carrefour, prémices heureuses de l’ouverture hispano-américaine avec l’introduction et le développement de la langue française en Amérique latine, notamment en Colombie. Et ne faut-il pas y voir, de 1969 à 1974, une justification de sa hiérarchie à son affectation au Panama en qualité de conseiller culturel près l’Ambassade de France ?

C’est là que naîtra et se développera ce grand dessein que constituera la remémoration du voyage sans retour de ces milliers de Guadeloupéens et de Martiniquais partis, hélas, creuser leurs tombes dans « les grands cimetières sous la lune » du Canal de Panama. Voir aussi : http://www.touscreoles.fr/2014/01/17/ces-enfants-perdus-de-panama/   http://www.touscreoles.fr/2013/05/07/les-bagnards-du-canal-de-panama/

De 1974 à 1976, voici Joseph JOS en mission à la Martinique, dans le cadre de l’implantation du Rectorat de la neuve Académie des Antilles et de la Guyane.

En 1976, la diplomatie culturelle le rappelle : il est affecté au Brésil en qualité de Conseiller culturel à Sao Paulo, capitale de la province de Paraná.

En 1981, c’est le Retour au pays natal, d’abord auprès des recteurs, éminences gouvernementales précaires, puis à la tête d’établissements scolaires du second degré, toutes nominations et responsabilités assurées avec méthode, savoir-faire et dévouement.

Donc, une carrière ouverte et réussie ; elle révèle une exigence personnelle et un labeur continu, un sens créateur et fédérateur, un goût marqué de la relation et de la vie associative, toutes dispositions nécessaires à une bonne camaraderie de l’esprit.

Aujourd’hui retraité actif, Joseph JOS s’affirme plus que jamais en homme libre, doté de « cette intelligence intelligente » qu’Albert CAMUS, prix Nobel de Littérature, opposait en Suède en 1957 à « l’intelligence bête », cet homme de culture dans son empan le plus noble qui relie, tel un arc d’alliance, la solide et vraie connaissance de soi à celle égale de l’autre, ce frère, père, grand-père affectueux et affectionné, ce  » Florentin » authentiquement créole, arc-bouté et inspiré au sein d’une intelligentsia locale, parfois absurdement trouble et troublée. Citoyen et sociétaire d’un Tout-Monde aux murs qui tombent, dans une constante esthétique de l’action et une didactique patiente de « guidance » riche d’enseignements et de réflexions, Joseph JOS arpente, ausculte, explore et éclaire des voies dont celles de nous-mêmes : l´École, pain des gens sans terre, l´Histoire et  la mémoire, l´art dans sa pluralité, la littérature et la poésie dans leur diversalité, le sport qui rassemble et élève, l’association, lieu de solidarité, autant de champs défrichés à travers une production foisonnante et accessible ,

Voilà le sens et la valeur symbolique et citoyenne de cette prestigieuse distinction particulièrement élogieuse et méritée. De ton Association « Tous Créoles ! » et de tous ceux qui te connaissent et t’accompagnent, reçois, cher Joseph, les sincères et chaleureuses félicitations.

 Édouard ANCET,

Secrétaire général et porte -parole de l’association « Tous Créoles ! »

Partager

Poster un commentaire