Tous Créoles aussi a mal à la Martinique !

0

C’est en marge d’une réunion de concertation sur la sauvegarde du patrimoine martiniquais organisée par Yan MONPLAISIR, à laquelle participaient des élus et des chefs d’entreprise, que Bernard HAYOT a livré son commentaire sur la situation économique de la Martinique. Il a déclaré notamment «J’ai mal à la Martinique (…) la Martinique n’est pas bien gérée », et que comparativement aux autres territoires d’Outre-mer, elle se situe en bas de l’échelle.

Bernard HAYOT est un chef d’entreprise martiniquais présent sur l’ensemble des départements et des territoires d’Outre-mer. De ce fait, il est très bien placé pour apporter une analyse éclairée sur les marchés sur lesquels il opère.

Interrogé de manière pressante par les journalistes, il a répondu sans langue de bois en donnant sa vérité. Une vérité qui ne plait pas à tout le monde.

On peut ne pas être d’accord avec lui.

On peut contester son point de vue.

On peut lui opposer des contre-arguments.

On doit le faire dans le respect des idées – à l’instar par exemple de Michel BRANCHI, élu de la CTM – sans avoir recours aux leviers racistes.

Les propos de Bernard HAYOT ont en effet déclenché des réactions passionnées, dont certaines relèvent de pensées racistes indignes de ceux qui les ont proférées.

On a pu lire par exemple que la déclaration de Bernard HAYOT est « le jugement d’un maître esclavagiste qui distribue des bons points à ses ouailles esclaves ». On a pu relier sans détours ses propos « au 170ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage » dans le but d’enlever toute légitimité à Bernard HAYOT d’exprimer son point de vue du seul fait qu’il est béké. Cela s’appelle du racisme !

Dans un pays libre, on peut débattre. On doit débattre.

On peut le faire, on doit le faire sans que l’appartenance des protagonistes à telle ou telle catégorie socio-ethnique ne doivent être prise en considération.

Tout martiniquais, y compris Bernard HAYOT, a le droit de s’exprimer sans qu’on lui renvoie au visage la vieille vindicte dont le seul but est d’alimenter la haine.

L’association Tous Créoles dont l’objectif est de faire de nos différences une œuvre collective, condamne fermement les propos incitant à la haine raciale : quand des hommes « responsables » se livrent à de telles bassesses, Tous Créoles aussi a mal à la Martinique !

Erick DEDE et Marie-Line MORMIN, co-présidents de Tous Créoles !

Partager

Poster un commentaire