Catégorie : Créolité

Créolité
2

Laurie du Lycée de Sainte-Anne (Guadeloupe) a passé l’épreuve facultative de hindi pour l’obtention de son baccalauréat. C’était la seule candidate de Guadeloupe : c’est une grande première ! Elle a été formée au Lycée de Gissac (Sainte-Anne, Guadeloupe) avec le concours de formateurs du Conseil Guadeloupéen pour la Promotion des Langues Indiennes (CGPLI).

Créolité
1

Un peu d’histoire sur la langue créole utilisée dans pas mal d’îles, et qui reste dans la culture essentielle de tous les jours. Cette langue est également devenue un moyen d’affirmer une identité, la créolité : < Ni Européens, ni Africains, ni Asiatiques, nous nous proclamons Créoles. Cela sera pour nous une attitude intérieure, mieux : une vigilance, ou mieux encore, une sorte d’enveloppe mentale au mitan de laquelle se bâtira notre monde en pleine conscience du monde. > (Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphël Confiant).Source : Blog de Atoll outre-mer.

Créolité
1

D’où vient le mot « rougay » ? Quelles sont les traces des langues venues de l’Inde avec nos ancêtres malbars dans notre langue maternelle, le créole ? Cet article donne un aperçu de ces influences indiennes sur notre langue.

Créolité
7

Devons-nous, dans notre mémoire, retrouver et ne conserver que le souvenir africain et la mémoire négre ? Devons-nous y ajouter le souvenir de la cale du bateau, la découverte de l’autre, le souvenir du viol ? Devons-nous extraire de notre mémoire le souvenir de l’habitation, pourtant émaillé de nos grandeurs et de nos faiblesses, de nos lâchetés et de nos héroïsmes, de nos luttes et de nos renoncements ? Par Tony Delsham

Créolité
0

A l’occasion de la commémoration de l’abolition de l’esclavage à la Réunion le 20 décembre, nous vous proposons quelques extraits d’un entretien exclusif, à paraître en 2009, avec le président de la Région Réunion Paul Vergès, 83 ans, considéré comme l’un des plus grands hommes politiques réunionnais et à qui tout personnel politique français se doit de rendre visite. Son père, Raymond Vergès, a défendu, aux côtés d’Aimé Césaire, la loi de départementalisation qui devait rompre avec le régime colonial. Comme lui visionnaire, il nous livre ici à la fois un témoignage d’une époque révolue et les perspectives de développement d’une île qui, grâce à lui, devrait accéder à l’autonomie énergétique avant 2025.

Patrick Singaïny La Réunion, le 20 août 2008

1 7 8 9